Un butor étoilé à Pampin
Date: 24 janvier 2009 à 14:13:24 CET
Sujet: Biodiversité


On saura au printemps s'il a choisi de rester. Si tel est le cas, on entendra une corne de brume résonner dans les marais. C'est le chant du butor étoilé mâle, qui peut s'entendre 5 kilomètres à la ronde. Mais il est peu probable qu'il reste.

L'oiseau est sans doute arrivé à la fin de l'automne. Nicolas Blanpain l'a observé très précisément le 3 décembre, dans les roselières situées au nord-est de la réserve. « Depuis, on l'a revu plusieurs fois. On pense qu'il y en a deux, peut-être trois. La dernière observation date du 8 janvier. On sait qu'il a donc déjà passé un mois à Pampin. Ce qui n'était jamais arrivé. Et, qui sait, s'il se sent bien là, qui dit qu'il ne va pas s'y installer », espère le gestionnaire de l'espace naturel.



S'il est si enthousiaste, c'est que le butor étoilé est un animal particulièrement rare. On ne le croise guère que dans la Grande Brière près de La Baule, dans les roselières de la Brenne, dans le nord de la France et en Languedoc-Roussillon.

En Charente-Maritime, on a pu l'apercevoir, ponctuellement et furtivement, dans les réserves naturelles LPO d'Yves ou de Moëze. Cet hiver, il a été vu dans les roselières de Brouage et de Fouras. Mais à Pampin, c'est la toute première fois.

Migrateur partiel

En France, il y aurait actuellement environ 300 mâles. Un programme européen Life a été lancé avec la Ligue pour la protection des oiseaux pour sauver l'espèce, très fragilisée par la disparition des zones humides.

Grand échassier discret, cousin du héron cendré et de l'aigrette, spécialisé dans le camouflage (son plumage est brun), le butor est un migrateur partiel. C'est-à-dire qu'il quitte temporairement son site de nidification habituel pour aller chercher ailleurs, plus au sud, des conditions de séjour meilleures, notamment l'hiver. « Il est possible que les butors de Pampin aient fui les eaux douces gelées de l'intérieur pour se réfugier sur le littoral », commente Nicolas Blanpain, qui voit dans cette visite la récompense des efforts de gestion consentis sur la réserve de Pampin. 158 espèces d'oiseaux la fréquentent. Actuellement, ce sont les bécassines de marais et les sarcelles d'hiver qui forment le gros des troupes de la gent ailée.

Mais la zone de protection est petite : 25 hectares. Cela suffira-t-il aux butors pour s'y implanter, eux qui se plaisent surtout dans de grands espaces à couvert pour se cacher ? Les roselières de Pampin sont bien maigrichonnes pour le bel oiseau farouche.

Auteur : Thomas Brosset
t.brosset@sudouest.com

 

Source: http://www.sudouest.com/charente-maritime/actualite/la-rochelle/article/483752/mil/4081080.html

Photo: http://www.reserve-camargue.org/IMG/jpg/copie-butor-etoile-camargue.jpg







Cet article provient de Marocsearch Environnement et Ecologie
http://marocsearch.free.fr

L'URL de cet article est:
http://marocsearch.free.fr/modules.php?name=News&file=article&sid=1124