CrawlTrack: free crawlers and spiders tracking script for webmaster- SEO script -script gratuit de détection des robots pour webmaster

Marocsearch Environnement et Ecologie
Cacher/Afficher 
Rubriques     Rubriques
Cacher/Afficher 
Articles au Hazard     Articles au Hazard
Cacher/Afficher 
A méditer     A méditer
L'homme est le plus grand prédateur que la terre ait connu. L'animal tue pour se nourrir, l'homme tue par convictions.


La Terre est la seule planète connue où l’eau existe sous forme liquide. Les océans représentent 71 % de sa surface et régulent le climat par des échanges avec l’atmosphère.


Si les hommes peuvent vivre confortablement dans leur environnement, s'ils peuvent apprendre à sentir qu'ils font partie de ce qui les entoure, la vie sur terre peut alors s'empreindre d'un sentiment de sainteté.


Les océans ont accueilli les premières formes de vie. Il y a 3,8 milliards d’années, les conditions de chaleur et de lumière étaient réunies pour permettre l'éclosion des premiers organismes.


De tous les animaux qui s'élèvent dans l'air, - Qui marchent sur la terre, ou nagent dans la mer, - De Paris au Pérou, du Japon jusqu'à Rome, - Le plus sot animal, à mon avis, c'est l'homme.


Parmi les écosystèmes marins, le littoral est un milieu naturel extrêmement riche en biodiversité et très attirant pour l’homme qui l’investit au risque de le détruire.


Vieille terre, rongée par les âges, rabotée de pluies et de tempêtes, épuisée de végétation, mais prête, indéfiniment, à produire ce qu'il faut pour que se succèdent les vivants!


L’homme cherche à se loger, se nourrir et se déplacer. Les activités qu’il génère ont des conséquences sur le milieu marin et les êtres vivants au point de rompre un équilibre vital.


Chaque être humain a le devoir sacré de veiller sur la bonne santé de notre Terre-Mère, parce que c'est d'elle que provient toute vie. Afin d'accomplir cette tâche, nous devons reconnaître l'ennemi - celui qui se trouve à l'intérieur de chacun de nous. Nous devons commencer par nous-mêmes...


Des rapports avec la terre basés exclusivement sur l'utilisation de celle-ci en vue de la croissance économique ne peuvent que mener à sa dégradation, en même temps qu'à la dépréciation de la vie humaine.


Si vous avez de la nourriture dans votre frigo, des habits sur vous, un toit sur votre tête et un endroit pour dormir, vous êtes plus riche que les 75% des habitants de la terre.


Si vous lisez ce message, vous venez de recevoir une double bénédiction, parce que quelqu'un a pensé à vous et parce que vous ne faites pas partie des deux milliards de personnes qui ne savent pas lire.


Si les hommes peuvent vivre confortablement dans leur environnement, s'ils peuvent apprendre à sentir qu'ils font partie de ce qui les entoure, la vie sur terre peut alors s'empreindre d'un sentiment de sainteté.


Une société qui invente le jardin zoologique est une société prete pour la télévision. Dès qu'on pense qu'il est intéressant de regarder des animaux hors de leur contexte naturel, il devient pensable de contempler le monde entier depuis son salon.


Les droits de l’homme comme être vivant s’arrêtent aux limites où l’homme peut nuire aux espèces vivants « Lévi-Strauss, 90) Le droit de l’environnement n’est pas un droit de l’homme sur l’environnement, mais un droit de l’environnement sur l’homme.


Cacher/Afficher 
Encyclopedia     Encyclopedia
Cacher/Afficher 
Nos Partenaires     Nos Partenaires
Cacher/Afficher 
Total Hits     Total Hits
Nous avons reçus
4930822
pages vues depuis Mars 2007
 
 
 Santé: Le changement climatique pourrait bouleverser la biologie des maladies infectieu
Pendant 10.000 ans, les humains, les plantes, les animaux et les microbes de la planète Terre ont connu une période exceptionnellement longue de stabilité climatique. Or cette période s'achève au fur et à mesure que la montée du niveau des gaz à effet de serre, notamment le gaz carbonique, perturbe les fragiles relations établies entre ces formes de vies dans un environnement fiable.

Selon les membres du Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat ( GIEC ), le réchauffement climatique est un fait indéniable, et la majorité de ce phénomène, au cours des cinquante dernières années, est imputable à des concentrations de gaz à effet de serre résultant probablement de l'activité humaine.

Les preuves tangibles de changements s'accumulent : augmentation de la température moyenne de l'air et de l'atmosphère, augmentation de la température des océans, fonte des neiges, diminution de la superficie et de l'épaisseur de la glace arctique, réduction des calottes glaciaires et montée du niveau des mers.

Une planète différente

' Nous avons déjà dépassé le seuil dangereux de concentration du gaz carbonique dans l'atmosphère ', a déclaré James Hansen, directeur de l'Institut Goddard d'études spatiales de la NASA à New York, lors de la réunion annuelle de l'Institut américain des sciences biologiques ( AIBS ) sur le thème du climat, de l'environnement et des maladies infectieuses.

' Nous sommes déjà passés d'une concentration de gaz carbonique dans l'atmosphère de 280 parties par million (ppm, par volume d'air) à 385 ppm, et je pense que nous allons devoir la ramener à 350 ppm, si ce n'est moins' , a déclaré M. Hansen, célèbre pour la déposition sur le changement climatique qu'il a faite en 1980 au Congrès et qui a déclenché une prise de conscience internationale du phénomène de réchauffement de la planète.

Au cours du siècle dernier, la température de la planète a augmenté en moyenne de huit dixièmes de degré centigrade. Au-dessus des terres, l'augmentation est de près de 1,4 degré, et les trois quarts du phénomène de réchauffement ont eu lieu au cours des trente dernières années.

Durant cette même période de 30 ans, a ajouté M. Hansen, les isogéothermes - les lignes qui, sur une carte, marquent une température moyenne donnée - se sont rapprochées des pôles à raison de 56 kilomètres par décennie. Une telle augmentation des températures, ainsi que les phénomènes d'urbanisation et de croissance démographique, déplacent un large éventail d'animaux, de plantes et de microbes qui, s'ils ne s'adaptent pas, sont voués à la disparition.

' En fait, a dit M. Hansen, au fur et à mesure que les isogéothermes montent, nous sommes en train de bouter des espèces hors de la planète.' Et si on laisse doubler ou tripler le niveau actuel de gaz carbonique, ' nous allons engendrer une planète complètement différente '.

Le climat et la grippe

Cet aspect du changement climatique présente également une menace pour la santé publique : inondations, vagues de chaleur et sécheresses provoquées par l'augmentation des températures, et perturbations au niveau des relations entre les insectes vecteurs de maladies et leurs hôtes.

' Les changements climatiques sont souvent l'agent de l'émergence d'une infection ', a affirmé Stephen Morse, professeur d'épidémiologie à la Mailman School of Public Health de l'université Columbia lors de la conférence de l'AIBS.

Les maladies infectieuses émergentes sont, selon M. Morse, qui a inventé ce concept en 1989, des infections nouvelles qui affectent une population ou des infections qui ont existé mais qui se propagent rapidement sur le plan de l'incidence et de la zone géographique. Des exemples de telles maladies sont le VIH/sida, le syndrome pulmonaire à hantavirus et le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS).

Un village mondial

Les virus de la grippe, y compris ceux de la grippe aviaire, s'infiltrent facilement au sein des populations humaines. Mais malgré leurs apparitions régulières, on en sait si peu sur eux que les chercheurs ont du mal à prédire comment le changement climatique risque d'affecter la maladie. Les changements saisonniers sont l'une des inconnues.

' Dans les zones tempérées (comme aux États-Unis et en Europe), nous considérons la grippe comme une maladie hivernale, a dit M. Morse. Dans les zones tropicales, elle connaît deux pointes : en hiver et en été .'

Dans les tropiques, la situation est un peu plus compliquée, et certains affirment que la grippe y sévit toute l'année. Dans certaines régions, il semble y avoir deux périodes de pointe, à savoir la saison sèche et celle des pluies.

' Ce que nous considérons comme une maladie hivernale se porte très bien dans des conditions chaudes et humides. Ce ne sont donc pas le froid et la sécheresse de l'hiver qui facilitent la propagation de la grippe. Il y a autre chose. ' Un climat global plus chaud pourrait modifier la nature des grippes saisonnières et affecter la propagation de la maladie dans le monde.

En ce qui concerne la grippe aviaire, le réchauffement climatique pourrait modifier les trajectoires des oiseaux migrateurs soupçonnés d'infecter les oiseaux domestiques avec le virus H5N1 très pathogène. De tels changements pourraient influencer les relations entre le gibier d'eau et la volaille ainsi qu'entre les éleveurs et la volaille, et avoir des répercussions sur l'exportation et l'importation de volailles dans le monde entier.

' Nous vivons désormais dans un village mondial, et les microbes en profitent pleinement, a dit M. Morse, comme nous l'avons vu dans le cas du VIH et du SRAS.'

Source:
http://www.flashespace.com/html/mai08/18_05_08.htm
Video: http://www.youtube.com/watch?v=LxBpDaRUyow
 
Cacher/Afficher 
Liens connexes     Liens connexes
Cacher/Afficher 
Notez l'Article     Notez l'Article
Note actuelle: 0
Votes: 0

Merci de prendre une seconde pour voter pour cet article:

Excellent
Tres bon
Bon
Mauvais
Mauvais

Cacher/Afficher 
Options     Options
Sujet(s) associé(s) à l'article

ClimatSanté

Sur Kleema créez vos numéros préférés vers l'Algérie et le Maroc aussi bien vers les fixes que les mobiles à partir de 0,19€/j en illimité!!!!
Syndication / flux RSS
voila mon Google PageRank™ - service offert par http://www.mon-pagerank.com/

Ce site est listé dans la catégorie Maroc : Portail Maroc de l'annuaire Referencement et Dictionnaire