CrawlTrack: free crawlers and spiders tracking script for webmaster- SEO script -script gratuit de détection des robots pour webmaster

Marocsearch Environnement et Ecologie
Cacher/Afficher 
Rubriques     Rubriques
Cacher/Afficher 
Articles au Hazard     Articles au Hazard
Cacher/Afficher 
A méditer     A méditer
L'homme est le plus grand prédateur que la terre ait connu. L'animal tue pour se nourrir, l'homme tue par convictions.


La Terre est la seule planète connue où l’eau existe sous forme liquide. Les océans représentent 71 % de sa surface et régulent le climat par des échanges avec l’atmosphère.


Si les hommes peuvent vivre confortablement dans leur environnement, s'ils peuvent apprendre à sentir qu'ils font partie de ce qui les entoure, la vie sur terre peut alors s'empreindre d'un sentiment de sainteté.


Les océans ont accueilli les premières formes de vie. Il y a 3,8 milliards d’années, les conditions de chaleur et de lumière étaient réunies pour permettre l'éclosion des premiers organismes.


De tous les animaux qui s'élèvent dans l'air, - Qui marchent sur la terre, ou nagent dans la mer, - De Paris au Pérou, du Japon jusqu'à Rome, - Le plus sot animal, à mon avis, c'est l'homme.


Parmi les écosystèmes marins, le littoral est un milieu naturel extrêmement riche en biodiversité et très attirant pour l’homme qui l’investit au risque de le détruire.


Vieille terre, rongée par les âges, rabotée de pluies et de tempêtes, épuisée de végétation, mais prête, indéfiniment, à produire ce qu'il faut pour que se succèdent les vivants!


L’homme cherche à se loger, se nourrir et se déplacer. Les activités qu’il génère ont des conséquences sur le milieu marin et les êtres vivants au point de rompre un équilibre vital.


Chaque être humain a le devoir sacré de veiller sur la bonne santé de notre Terre-Mère, parce que c'est d'elle que provient toute vie. Afin d'accomplir cette tâche, nous devons reconnaître l'ennemi - celui qui se trouve à l'intérieur de chacun de nous. Nous devons commencer par nous-mêmes...


Des rapports avec la terre basés exclusivement sur l'utilisation de celle-ci en vue de la croissance économique ne peuvent que mener à sa dégradation, en même temps qu'à la dépréciation de la vie humaine.


Si vous avez de la nourriture dans votre frigo, des habits sur vous, un toit sur votre tête et un endroit pour dormir, vous êtes plus riche que les 75% des habitants de la terre.


Si vous lisez ce message, vous venez de recevoir une double bénédiction, parce que quelqu'un a pensé à vous et parce que vous ne faites pas partie des deux milliards de personnes qui ne savent pas lire.


Si les hommes peuvent vivre confortablement dans leur environnement, s'ils peuvent apprendre à sentir qu'ils font partie de ce qui les entoure, la vie sur terre peut alors s'empreindre d'un sentiment de sainteté.


Une société qui invente le jardin zoologique est une société prete pour la télévision. Dès qu'on pense qu'il est intéressant de regarder des animaux hors de leur contexte naturel, il devient pensable de contempler le monde entier depuis son salon.


Les droits de l’homme comme être vivant s’arrêtent aux limites où l’homme peut nuire aux espèces vivants « Lévi-Strauss, 90) Le droit de l’environnement n’est pas un droit de l’homme sur l’environnement, mais un droit de l’environnement sur l’homme.


Cacher/Afficher 
Encyclopedia     Encyclopedia
Cacher/Afficher 
Nos Partenaires     Nos Partenaires
Cacher/Afficher 
Total Hits     Total Hits
Nous avons reçus
4930808
pages vues depuis Mars 2007
 
 
 Couche d'ozone: Un satellite fournit les premières images des émissions régionales de CO2
Le capteur SCIAMACHY à bord du satellite environnemental Envisat de l'Agence spatiale européenne (ESA) a détecté pour la première fois la distribution régionale de dioxyde de carbone provenant d'émissions d'origine anthropique. Un niveau élevé de cette forme de CO2 a été observé au niveau de la zone la plus peuplée d'Europe, c'est-à-dire la région située entre Amsterdam (Pays-Bas) et Francfort (Allemagne).

Les émissions de CO2 sont produites naturellement par tous les animaux, les plantes, les champignons et les micro-organismes durant le processus de respiration. Chaque année, 30 milliards de tonnes de CO2 supplémentaires sont libérées dans l'atmosphère en raison d'activités humaines, notamment à travers la combustion de combustibles fossiles pour la production d'électricité, l'industrie et la circulation.

D'après le groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), les niveaux d'émissions de CO2 et d'autres gaz à effet de serre ont augmenté, de même que les températures de l'air et de l'océan. En résultent une augmentation des niveaux de la mer, la fonte des calottes glaciaires et des conditions météorologiques plus extrêmes.

Cependant, afin de prédire au mieux les émissions futures, il est indispensable de mieux comprendre les flux de CO2 d'origines naturelle et anthropique. C'est ici que le capteur SCIAMACHY entre en jeu. Cet instrument dresse la carte de l'atmosphère à travers une très large plage de longueurs d'ondes qui permet la détection de gaz de trace, d'ozone et de gaz connexes, de nuages ainsi que de particules de poussière dans l'atmosphère. Il mesure le rayonnement solaire, transmis, réfléchi et diffusé par l'atmosphère ou la surface terrestre dans des plages de longueur d'onde de l'ultraviolet, du visible et du proche infrarouge. Avec une fauchée de 960 km, il balaie la totalité de la planète tous les six jours.

Michael Buchwitz, de l'institut de la physique de l'environnement (IUP) de l'université de Brême (Allemagne), et ses collègues ont traité et analysé les données offertes par le capteur. Cela leur a permis de détecter le signal atmosphérique de CO2 relativement faible émanant des émissions de CO2 régionales «anthropogéniques» (ou d'origine humaine) au-dessus de l'Europe. Une grande couche de CO2 semble recouvrir la zone s'étendant d'Amsterdam à Francfort.

La détection de ces flux de CO2 d'origine humaine n'est pas un exploit facile, comme l'explique Dr Buchwitz: «Les flux naturels de CO2 situés entre l'atmosphère et la surface terrestre sont habituellement supérieurs aux flux de CO2 émanant d'émissions de CO2 d'origine humaine. Ainsi, la détection de signaux d'émissions de CO2 régionales anthropogéniques est relativement difficile. Notre capacité à le détecter par région dans l'atmosphère en Europe confirme la qualité élevée des mesures fournies par le SCIAMACHY.»

L'équipe de chercheurs compte désormais analyser davantage ses observations. «Nous nous sommes assurés que le modèle spatial de CO2 que nous mesurons corresponde aux bases de données d'émissions de CO2 actuelles ainsi qu'à la densité de la population. Cependant, plus d'études sont nécessaires avant que des conclusions quantitatives définitives concernant les émissions ne puissent être tirées», déclare Dr Buchwitz.

Beaucoup d'efforts doivent encore être fournis afin de comprendre les sources de CO2, telles que les incendies, l'activité volcanique et la respiration des organismes vivants, ainsi que ses puits naturels, tels que la terre et l'océan. «Nous savons qu'environ la moitié du CO2 émise par les hommes chaque année est absorbée par des puits de carbone naturels sur terre et dans les océans. Toutefois, nous ne savons pas exactement où se trouvent ces puits importants et dans quelle mesure ils absorbent le CO2 que nous émettons», explique Dr Buchwitz.

Les données obtenues par le SCIAMACHY nous renseigneront sur la localisation des sources et des puits de CO2 ainsi que sur la façon dont les puits de carbone réagiront à un climat changeant. «Grâce à nos mesures par satellite, nous espérons pouvoir apporter des réponses à ces questions et procéder à des prévisions fiables», déclare Dr Buchwitz. À l'aide de ces prévisions, les scientifiques seront mieux équipés pour surveiller les progrès vers la réduction des émissions de gaz à effet de serre, tels que requis par le protocole de Kyoto.

L'instrument SCIAMACHY est financé par le gouvernement allemand par l'intermédiaire du centre aérospatial allemand (DLR), le gouvernement néerlandais par l'intermédiaire de l'agence néerlandaise pour les programmes aérospatiaux (NIVR) ainsi que par le gouvernement belge par l'intermédiaire du BIRA-IASB.

Source: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/content/view/3821/104/
Photo: http://www.space.gc.ca/asc/img/stec_poem1.gif
 
Cacher/Afficher 
Liens connexes     Liens connexes
Cacher/Afficher 
Notez l'Article     Notez l'Article
Note actuelle: 0
Votes: 0

Merci de prendre une seconde pour voter pour cet article:

Excellent
Tres bon
Bon
Mauvais
Mauvais

Cacher/Afficher 
Options     Options
Sujet(s) associé(s) à l'article

ClimatEffet de serre

Sur Kleema créez vos numéros préférés vers l'Algérie et le Maroc aussi bien vers les fixes que les mobiles à partir de 0,19€/j en illimité!!!!
Syndication / flux RSS
voila mon Google PageRank™ - service offert par http://www.mon-pagerank.com/

Ce site est listé dans la catégorie Maroc : Portail Maroc de l'annuaire Referencement et Dictionnaire