CrawlTrack: free crawlers and spiders tracking script for webmaster- SEO script -script gratuit de détection des robots pour webmaster

Marocsearch Environnement et Ecologie
Cacher/Afficher 
Rubriques     Rubriques
Cacher/Afficher 
Articles au Hazard     Articles au Hazard
Cacher/Afficher 
A méditer     A méditer
L'homme est le plus grand prédateur que la terre ait connu. L'animal tue pour se nourrir, l'homme tue par convictions.


La Terre est la seule planète connue où l’eau existe sous forme liquide. Les océans représentent 71 % de sa surface et régulent le climat par des échanges avec l’atmosphère.


Si les hommes peuvent vivre confortablement dans leur environnement, s'ils peuvent apprendre à sentir qu'ils font partie de ce qui les entoure, la vie sur terre peut alors s'empreindre d'un sentiment de sainteté.


Les océans ont accueilli les premières formes de vie. Il y a 3,8 milliards d’années, les conditions de chaleur et de lumière étaient réunies pour permettre l'éclosion des premiers organismes.


De tous les animaux qui s'élèvent dans l'air, - Qui marchent sur la terre, ou nagent dans la mer, - De Paris au Pérou, du Japon jusqu'à Rome, - Le plus sot animal, à mon avis, c'est l'homme.


Parmi les écosystèmes marins, le littoral est un milieu naturel extrêmement riche en biodiversité et très attirant pour l’homme qui l’investit au risque de le détruire.


Vieille terre, rongée par les âges, rabotée de pluies et de tempêtes, épuisée de végétation, mais prête, indéfiniment, à produire ce qu'il faut pour que se succèdent les vivants!


L’homme cherche à se loger, se nourrir et se déplacer. Les activités qu’il génère ont des conséquences sur le milieu marin et les êtres vivants au point de rompre un équilibre vital.


Chaque être humain a le devoir sacré de veiller sur la bonne santé de notre Terre-Mère, parce que c'est d'elle que provient toute vie. Afin d'accomplir cette tâche, nous devons reconnaître l'ennemi - celui qui se trouve à l'intérieur de chacun de nous. Nous devons commencer par nous-mêmes...


Des rapports avec la terre basés exclusivement sur l'utilisation de celle-ci en vue de la croissance économique ne peuvent que mener à sa dégradation, en même temps qu'à la dépréciation de la vie humaine.


Si vous avez de la nourriture dans votre frigo, des habits sur vous, un toit sur votre tête et un endroit pour dormir, vous êtes plus riche que les 75% des habitants de la terre.


Si vous lisez ce message, vous venez de recevoir une double bénédiction, parce que quelqu'un a pensé à vous et parce que vous ne faites pas partie des deux milliards de personnes qui ne savent pas lire.


Si les hommes peuvent vivre confortablement dans leur environnement, s'ils peuvent apprendre à sentir qu'ils font partie de ce qui les entoure, la vie sur terre peut alors s'empreindre d'un sentiment de sainteté.


Une société qui invente le jardin zoologique est une société prete pour la télévision. Dès qu'on pense qu'il est intéressant de regarder des animaux hors de leur contexte naturel, il devient pensable de contempler le monde entier depuis son salon.


Les droits de l’homme comme être vivant s’arrêtent aux limites où l’homme peut nuire aux espèces vivants « Lévi-Strauss, 90) Le droit de l’environnement n’est pas un droit de l’homme sur l’environnement, mais un droit de l’environnement sur l’homme.


Cacher/Afficher 
Encyclopedia     Encyclopedia
Cacher/Afficher 
Nos Partenaires     Nos Partenaires
Cacher/Afficher 
Total Hits     Total Hits
Nous avons reçus
4930797
pages vues depuis Mars 2007
 
 
 Environnement: L’administration Obama et l’environnement
L'euphorie semble être retombée à Washington et on ne peut que s'en réjouir vu la quantité de dossiers chauds qui attendent la nouvelle équipe en place à la Maison Blanche. Le Président Obama a promis hier dans son discours d'investiture d'ouvrir une nouvelle ère de responsabilité pour l'Amérique, et il n'y a pas domaine où elle est plus nécessaire que l'environnement.

En effet, après 8 ans d'une Présidence aux mains des lobbies pétroliers et automobiles, jugée la moins favorable à l'environnement depuis un demi-siècle, les Etats-Unis accusent un retard terrible qu'il leur sera difficile de combler sans des mesures drastiques et rapides.

Bonne nouvelle : Obama, en plus d'avoir la peau noire, semble aussi avoir l'âme verte. C'est d'ailleurs bien visible dans l'équipe qu'il a choisi pour gérer les nombreux dossiers écologiques qui l'attendent. On peut tout d'abord citer Steven Chu, Nobel de physique en 1997, qui sera son Secrétaire à l'Energie, qui va garantir que les décisions politiques concernant l'environnement soient basées sur les connaissances scientifiques disponibles et pas uniquement sur ce que les lobbies du pétrole veulent (cf. l'affaire du rapport de l'agence de protection de l'environnement qui avait été « légèrement » modifié par la Maison Blanche). Pour coordonner les décisions et en améliorer l'efficacité, Obama a également créé une cellule « verte » dans son équipe dirigée par l'ancienne directrice de l'EPA sous Clinton, Carol Brown. Il a également mis à la tête de cette agence Lisa Jackson,  une spécialiste de l'environnement qui a travaillé avec le gouverneur du New Jersey pour faire de cet état un des plus avancés du pays sur l'environnement. Et à vrai dire, avoir à disposition une brochette d'experts ne sera pas de trop tellement la tâche s'annonce ardue et les objectifs annoncés ambitieux.

Le programme environnemental est consultable sur le -très beau- site de la Maison Blanche , mais voici quelques uns des principaux points. Obama s'est engagé pendant la campagne à faire en sorte de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 80% d'ici 2050, ce qui est dans la fourchette de ce que conseille le GIEC mais sera extrêmement difficile à réaliser (même en ne sous-estimant pas la capacité d'adaptation de la société américaine). Pour ce faire, il veut faire passer la production d'énergie depuis des sources renouvelables à 25% du total en 2025 et mettre en place un système d'échange des permis à polluer comme celui qui existe déjà en Europe. D'ailleurs, pour montrer à quel point cette équipe est cohérente, le plan de relance prévu par la nouvelle administration inclut 20 milliards de dollars de réductions d'impôts pour le solaire, géothermal etc.

Tout cela est louable mais n'est pas, à mon sens, la partie la plus intéressante de son programme. La nouvelle équipe semble en effet concevoir la réalisation de ces objectifs dans le cadre plus large d'une réforme profonde des modes de production de l'économie américaine. En d'autres mots, le « Green new Deal » d'Obama ne se contentera pas d'inciter les gens à mieux isoler leur garage comme en France, mais mettra en œuvre des moyens importants pour créer une réelle économie verte. C'est dans ce but qu'il est prévu que le gouvernement fédéral investisse 150 milliards de dollars pour créer 5 millions d'emplois « verts » et pour « catalyser » l'investissement privé vers les secteurs environnementaux.

On voit donc bien que l'administration Obama n'est pas là pour plaisanter sur les questions environnementales. Il ne faut bien sûr pas préjuger de ce qui va réellement être mis en œuvre, car désirs et possibilités sont souvent ennemis en politique. Mais il n'en reste pas moins que les grands textes devraient être présentés devant le Congrès très prochainement, pour profiter de sa large majorité, de ses 78% de popularité et des traditionnels 100 jours de grâce dont dispose tout Président avant que la guerre politique ne recommence sur Capitol Hill. Les choses ne seront cependant pas simples car c'est une vraie révolution économique et sociale qu'il faut engager dans ce pays où les habitudes de consommation sont souvent poussées à l'extrême. Pour y avoir vécu un an, je sais qu'il est courant pour les Américains de se doucher plusieurs fois par jour, de laisser toutes les lumières allumées en quittant son logement, de prendre sa voiture pour faire 500m etc. Si Obama est sérieux sur l'environnement, il faut que son administration lance des campagnes nationales de sensibilisation en parallèle de tout le travail à accomplir sur le plan politique et économique. Dans tous les cas, la nouvelle équipe en mettant sur pied un plan de relance vert a montré qu'elle prenait les problématiques écologiques à cœur et qu'elle comptait utiliser la crise économique comme une opportunité pour rendre l'économie américaine structurellement plus verte. Si seulement nous pouvions en dire autant du plan de relance français… (vous en saurez plus sur ma haine du plan de relance français au prochain épisode !). Yes he can, but will he ?

Romain I.

 

Source: http://ps-scpo.over-blog.com/article-27037262.html

Video: http://www.youtube.com/watch?v=1bp8pCVOlDk

 
Cacher/Afficher 
Liens connexes     Liens connexes
Cacher/Afficher 
Notez l'Article     Notez l'Article
Note actuelle: 0
Votes: 0

Merci de prendre une seconde pour voter pour cet article:

Excellent
Tres bon
Bon
Mauvais
Mauvais

Cacher/Afficher 
Options     Options
Sujet(s) associé(s) à l'article

ClimatEffet de serreEnvironnement

Sur Kleema créez vos numéros préférés vers l'Algérie et le Maroc aussi bien vers les fixes que les mobiles à partir de 0,19€/j en illimité!!!!
Syndication / flux RSS
voila mon Google PageRank™ - service offert par http://www.mon-pagerank.com/

Ce site est listé dans la catégorie Maroc : Portail Maroc de l'annuaire Referencement et Dictionnaire