CrawlTrack: free crawlers and spiders tracking script for webmaster- SEO script -script gratuit de détection des robots pour webmaster

Marocsearch Environnement et Ecologie
Cacher/Afficher 
Rubriques     Rubriques
Cacher/Afficher 
Articles au Hazard     Articles au Hazard
Cacher/Afficher 
A méditer     A méditer
L'homme est le plus grand prédateur que la terre ait connu. L'animal tue pour se nourrir, l'homme tue par convictions.


La Terre est la seule planète connue où l’eau existe sous forme liquide. Les océans représentent 71 % de sa surface et régulent le climat par des échanges avec l’atmosphère.


Si les hommes peuvent vivre confortablement dans leur environnement, s'ils peuvent apprendre à sentir qu'ils font partie de ce qui les entoure, la vie sur terre peut alors s'empreindre d'un sentiment de sainteté.


Les océans ont accueilli les premières formes de vie. Il y a 3,8 milliards d’années, les conditions de chaleur et de lumière étaient réunies pour permettre l'éclosion des premiers organismes.


De tous les animaux qui s'élèvent dans l'air, - Qui marchent sur la terre, ou nagent dans la mer, - De Paris au Pérou, du Japon jusqu'à Rome, - Le plus sot animal, à mon avis, c'est l'homme.


Parmi les écosystèmes marins, le littoral est un milieu naturel extrêmement riche en biodiversité et très attirant pour l’homme qui l’investit au risque de le détruire.


Vieille terre, rongée par les âges, rabotée de pluies et de tempêtes, épuisée de végétation, mais prête, indéfiniment, à produire ce qu'il faut pour que se succèdent les vivants!


L’homme cherche à se loger, se nourrir et se déplacer. Les activités qu’il génère ont des conséquences sur le milieu marin et les êtres vivants au point de rompre un équilibre vital.


Chaque être humain a le devoir sacré de veiller sur la bonne santé de notre Terre-Mère, parce que c'est d'elle que provient toute vie. Afin d'accomplir cette tâche, nous devons reconnaître l'ennemi - celui qui se trouve à l'intérieur de chacun de nous. Nous devons commencer par nous-mêmes...


Des rapports avec la terre basés exclusivement sur l'utilisation de celle-ci en vue de la croissance économique ne peuvent que mener à sa dégradation, en même temps qu'à la dépréciation de la vie humaine.


Si vous avez de la nourriture dans votre frigo, des habits sur vous, un toit sur votre tête et un endroit pour dormir, vous êtes plus riche que les 75% des habitants de la terre.


Si vous lisez ce message, vous venez de recevoir une double bénédiction, parce que quelqu'un a pensé à vous et parce que vous ne faites pas partie des deux milliards de personnes qui ne savent pas lire.


Si les hommes peuvent vivre confortablement dans leur environnement, s'ils peuvent apprendre à sentir qu'ils font partie de ce qui les entoure, la vie sur terre peut alors s'empreindre d'un sentiment de sainteté.


Une société qui invente le jardin zoologique est une société prete pour la télévision. Dès qu'on pense qu'il est intéressant de regarder des animaux hors de leur contexte naturel, il devient pensable de contempler le monde entier depuis son salon.


Les droits de l’homme comme être vivant s’arrêtent aux limites où l’homme peut nuire aux espèces vivants « Lévi-Strauss, 90) Le droit de l’environnement n’est pas un droit de l’homme sur l’environnement, mais un droit de l’environnement sur l’homme.


Cacher/Afficher 
Encyclopedia     Encyclopedia
Cacher/Afficher 
Nos Partenaires     Nos Partenaires
Cacher/Afficher 
Total Hits     Total Hits
Nous avons reçus
4857651
pages vues depuis Mars 2007
 
 
 Secheresse: Vie du nomade à Tombouctou : Le déclin d’une riche culture

Zone de prédilection par excellence pour les éleveurs nomades, la région de Tombouctou vit encore les séquelles des grandes sécheresses qui ont largement compromis l’existence des populations de la 6e région, notamment celles des nomades. Stoïquement, celles-ci, conservent encore l’essentiel : leur dignité.

Les nomades ont toujours assuré à la région de Tombouctou sa prospérité économique par la pratique d’un élevage des plus adaptés, fournissant à la zone suffisamment du lait, de viande et des animaux de transport, justifiant en partie "le plaisir qu’il faisait de vivre à Tombouctou" et dont parlaient tant, les auteurs arabes.



Cet âge d’or des populations nomades s’est malheureusement estompé pour des raisons naturelles, historiques et économiques.

L’avancée progressive du désert a privé le monde pastoral tombouctien des 3/4 de son espace vital, le confinant ainsi dans la patrie sud de son domaine de nomadisation.

Aussi, la priorité donnée à l’agriculture dans le cadre d’une politique d’autosuffisance alimentaire a évincé de son côté l’éleveur de certains de ses terrains de parcours d’antan.

A cela, il faut ajouter le déplacement des circuits commerciaux vers le sud du pays et l’intervention des moyens de transport (auto, bateau, avion) qui ont privé le nomade des profits qu’il tirait du transport traditionnel à dos de chameaux, d’ânes et de bœufs porteurs.

Enfin, l’invasion des marchés locaux par des produits manufacturés et ont contribué à la ruine de la société nomade traditionnelle.

Le coup de grâce sera donné par la sécheresse de 1973, laquelle, par ses effets catastrophiques, a largement compromis l’existence même de ces populations. maliweb.net. Ainsi, malgré les efforts de solidarité nationale et internationale, la reprise des activités pastorales par le nomade tombouctien, s’est avérée difficile, puisqu’en 1978, le phénomène de la sécheresse s’est encore fait durement sentir dans le Sahel malien, détruisant les structures familiales traditionnelles. Une société masculine

L’homme assure la majeure partie, sinon la totalité des revenus en milieu nomade tombouctien. Il est le responsable de la famille dont il a la gestion exclusive des biens.

Gardant les troupeaux, s’occupant des nombreuses corvées, l’homme dans la société nomade, assure l’approvisionnement de la famille et a par conséquent, une haute autorité sur l’orientation générale des activités économiques.

C’est aussi et toujours, l’homme qui noue les alliances et autres formes de solidarité avec les autres familles.

Quant aux jeunes, ils sont repartis entre deux groupes d’âge : ceux de 10 ans et ceux compris entre 10 et 18 ans.

Pour les premiers, ils constituent un élément privilégié dans la société nomade, surtout, lorsqu’il s’agit d’un garçon.

Celui-ci devient un agent économique très important dans ce milieu où la main d’œuvre est toujours insuffisante et participe aux diverses corvées de la famille.

Quant à la fillette, elle est généralement bien gardée à la maison où elle est parfois gavée et minutieusement préparée au mariage et n’est même pas astreinte à fréquenter l’école.

Au fur et à mesure que l’enfant avance en âge, sa responsabilité s’accroît dans les affaires de la famille.

Ainsi, à l’âge de 18 ans, il est automatiquement consacré "homme" par le port du turban ou du litham.

Cette importance du rôle économique des adolescents explique en partie la réticence des nomades à la scolarisation des enfants.

La femme pour sa part a un statut tout particulier chez les nomades tombouctiens.

Elle jouit d’un entretien matériel important, d’un respect social certain, mais, elle est toujours considérée comme spirituellement mineure… et inférieure.

Chez les Kel Tamasheq par contre, la femme est très libre et participe dans certains cas, à de nombreuses activités économiques.

Ce qui lui confère souvent une responsabilité réelle.

Chez les Arabes cependant, la femme est moins libre et a un rôle se limitant essentiellement au foyer, quand sa situation économique au niveau de la famille la lui permet.

La femme nomade en général, c’est l’image d’une femme bien gardée, éternellement reposée, voilée et "séquestrée" selon certains observateurs qui parlent même de "femmes, objet d’art". La rébellion déstabilisatrice

Les rapports des différents groupes socio-éthnographiques ont subi en milieu nomade, une évolution qui a complètement modifié le schéma classique de la hiérarchie sociale. Cette évolution est née sous la pression de plusieurs phénomènes.

La proclamation de l’égalité entre tous les hommes et l’institution d’un pouvoir étatique, chargé de faire respecter cette égalité et l’effondrement du pouvoir économique ont profondément marqué des mutations chez les nomades tombouctiens. Un véritable nivellement naquit ainsi à la base.

Les Eklanes, les Haratines (ethnies nomades), les Blancs, les forgerons, ont aujourd’hui des rapports véritablement égalitaires.

Et, si les marabouts ont toujours maintenu une influence certaine, les guerriers eux, étaient tombés dans une véritable déchéance.

Ces guerriers ayant perdu leurs droits du plus fort, leurs animaux et leurs travailleurs étaient devenus aussi misérables et attendaient pour agir.

Le feu vert d’une longue et sanglante rébellion, les mettra en scène en 1963.

Suite à cette rébellion, les nomades tombouctiens souffriront des vols de milliers de leur bétail, mais les bonnes conditions climatiques aidant, le cheptel a été vite reconstitué.

Hélas, en 1973 une catastrophique sécheresse s’était abattue sur tout le pays, notamment sur les régions du Nord dont Tombouctou, qui ne recueillera cette année-là, ni même 1 mm de pluie.

La situation chaotique ne donna aucune chance aux nomades qui avaient perdu la quasi totalité de leurs troupeaux.

Plusieurs dizaines de centaines de nomades y avaient aussi laissé leur vie qui ne dépendait que de celle de leurs animaux et des espaces verts devenus des cimetières.

Ainsi, grâce à une solidarité nationale et internationale, les nomades rescapés étaient arrivés à reconstituer peu à peu leur cheptel, quand, de nouveau, comme une malédiction, une autre sécheresse s’abattit sur la zone sahélienne.

Cette fois-ci, avec moins de dégâts.

Timidement et avec une stoïcité extraordinaire, les nomades ont tenu le coup, même si, beaucoup, dépossédés de leur bétail, avaient choisi le chemin de l’exode.

Mais, le coup de grâce sera surtout donné aux nomades tombouctiens, après la rébellion touarègue déclenchée de nouveau en 1990.

Cette fois-ci, ce ne fut pas une catastrophe naturelle qui décima le cheptel, mais la guerre.

En effet, ce sont des milliers de têtes (bétail) qui ont été volées au détriment des nomades par des bandits.

Pour les nomades qui avaient échappé aux vols, leurs bêtes ont été décimées, faute de nourriture, les chemins menant vers le pâturage, pris d’assaut par "les hommes de la mort". De nos jours, ces bandits ont pour noms : Bahanga et autres... Boubacar Sankaré

 

Source: http://www.temoust.org/spip.php?article5965

Video: http://video.google.fr/videoplay?docid=1432261399621230431&q=tombouctou&ei=UtlzSODtL5nc2wKv86WtCw&hl=fr

Photo: http://www.interet-general.info/IMG/Mali-Tombouctou-1.jpg

 
Cacher/Afficher 
Liens connexes     Liens connexes
Cacher/Afficher 
Notez l'Article     Notez l'Article
Note actuelle: 0
Votes: 0

Merci de prendre une seconde pour voter pour cet article:

Excellent
Tres bon
Bon
Mauvais
Mauvais

Cacher/Afficher 
Options     Options
Sujet(s) associé(s) à l'article

DossierSecheresse

Sur Kleema créez vos numéros préférés vers l'Algérie et le Maroc aussi bien vers les fixes que les mobiles à partir de 0,19€/j en illimité!!!!
Syndication / flux RSS
voila mon Google PageRank™ - service offert par http://www.mon-pagerank.com/

Ce site est listé dans la catégorie Maroc : Portail Maroc de l'annuaire Referencement et Dictionnaire